Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 17:33

         Ce matin, le bus se traîne sur les lacets de montagne, ses sièges sont inconfortables et son klaxon assourdissant. Quand les premières plantations de thé apparaissent, nous sommes soulagés. Mais voilà, nous ne sommes qu’à soixante kilomètres de Munnar ; il nous reste plus de deux heures de trajet... Patience.

 

         Sur place, nous découvrons un havre de paix. Dabord par la grâce du site mais aussi parceque lair y est plus respirable que dans la vallée. Sur des milliers dhectares, les plants de thé recouvrent les montagnes harmonieusement comme un manteau neigeux fraîchement déposé. Chaque semaine, depuis plus dun siècle, les arbustes sont effeuillés délicatement par les petites mains locales. Les gros bras se chargent dacheminer la récolte vers lusine de traitement perdue dans les montagnes. Tout ce petit monde travaille pour le groupe industriel « TATA« omniprésent en Inde.

Après différentes étapes de séchage, doxydation puis de déshydratation, les feuilles sont prêtes pour linfusion. Ce nectar mélangé à du lait, finement épicé puis généreusement sucré, régale les indiens de laube au crépuscule. Le « chai », comme ils lappellent, est préparé extemporanément par les marchands à chaque coin de rue du sous continent. Servi dans de petits verres, on le déguste debout dans la rue et souvent accompagné dune cigarette vendue à lunité.

Rapidement, la tasse de Chai du matin est devenue la boisson favorite de la colonie. Même les buveurs inconditionnels de café sy sont laissés prendre

 

        C'est bien bon le Chai, mais le petit verre du soir, cest pas mal non plus, surtout quand on est français et de surcroît en vacances. Alors pour assouvir ce besoin primaire, nous avons dû questionner les habitants, essuyer des refus, suivre de mauvaises pistes et sillonner la ville. Sur le point dabandonner, nous avons trouvé une gargote assermentée qui distribue de la piquette en flasques. En quelques secondes, il a fallu nous faufiler dans la queue, faire notre choix comprimés entre les grilles et le comptoir puis payer avant de séchapper.

Plus tard autour de notre « rhum/maaza », Martin nous racontait : « Quelle ne fut pas ma joie de retrouver mes chers globe-trotters après sêtre dit « good bye » à San Francisco, il y a 9 mois. Mais voilà, les jours passant, je dois bien lavouer, jai crû remarquer chez eux un changement singulier. Alors que nos chers sexas gardent leurs habitudes et sont rarement contre un petit godet du soir, les backpackers mettent le ola. Point trop de « Indie beer » Kingfisher, il faut savoir être raisonnable. On se dit cependant que le retour à la réalité française permettra de résoudre cet épineux problème globe-troskiste. »

Rassurez-vous, quelques heures plus tard, alors que le petit dernier frissonnait dans son lit terrassé par une bronchite foudroyante, nous levions le coude à sa santé !

 

On the road again… et un petit dernier pour la route !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Inde
commenter cet article

commentaires

Ginies nadine 03/09/2010 22:16


Ola les BP como estos ?
Oh, là là comme tu y vas Toto, le trait est un forcé, non ?
Et puis ce n'était pas chaque soir... sinon j'aurais mis le holà.
Muchos embrassados aux deux petits poulets AB - Reine de France -


Présentation

  • : T&C World Tour
  • T&C World Tour
  • : Carnet de route de Clémentine et Thomas en voyage autour du monde.
  • Contact

Recherche

Carnets De Route Par Pays