Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 07:05

        En découvrant nos premiers articles sur l‘Inde, vous n’avez pu manquer la dualité des émotions que nous éprouvions pendant nos premières semaines de voyage sur le sous continent. Pour être honnêtes, l’idée d’abandonner notre périple nous a traversé l’esprit à plusieurs reprises. Peut être qu’aborder le pays par le désert du Rajasthan sous des températures dépassant les 40°C n’est pas très judicieux. Surtout quand on a plus de dix mois de baroude dans les pattes. Pourtant, a posteriori, on peut dire que cette région du Nord Ouest de l’Inde nous a totalement conquis…Vas savoir Charles ! 

 

        Depuis, nous avons enchainé les moyens de transport pendant plus de deux semaines parcourant plus de deux mille kilomètres. Entre deux trains de nuit, nous avons trainé quelques heures dans les parages de la gare principale de Mumbay (Bombay). Puis, heureux de quitter la mégapole bouillonnante pour les plages de Goa, la mousson s’est finalement manifestée en balayant généreusement l’ancienne colonie portugaise. Le maillot et les tongs ce sera pour une autre fois ! (L’album de Goa est disponible sur Flickr).

Puis toujours plus au Sud, il y a eu Hampi. Au départ, ce ne devait être qu’une étape dans notre descente effrénée vers le Kerala à l’extrême Sud du pays, mais rapidement, ça a été bien plus. D’abord parce que le site est absolument divin. Au cœur d’une plaine couverte d’une végétation tropicale dense, la clarté des blocs de granit colossaux contraste avec le vert profond des feuilles de bananiers et des plants de cannes à sucre. D’ailleurs, la magie du lieu n’a pas échappé aux anciens qui l’ont sublimé en édifiant des cités et des temples taillés directement dans la pierre.

Et puis, il y a la rivière. Elle comble les habitants malgré quelques crocodiles qui rodent lascivement sur ses berges. Le matin, elle n’est que simple lavoir pour les dames, puis dans l’après midi, les brahmanes viennent s’y recueillir laissant la place à la flânerie des familles au coucher du soleil. C’est peut être une illusion de voyageur, mais ici rien ne parait manquer… du moins l‘essentiel.

Finalement, nos deux sorties en bécane locale nous ont permis de nous frotter au trafic Indien. Entre les chars à bœufs qui se trainent à gauche, les chauffards qui fusent à droite et les motards qui se faufilent au centre, la conduite est sportive mais quand même moins suicidaire que dans les mégapoles. Une fois de plus nos escapades motorisées nous ont menés là où le quidam pressé n’ose pas se perdre. Comme à Ninh Binh au Vietnam ou à Kratie au Cambodge un vent de liberté a redonné à notre démarche tout son sens. Au fil des chemins, le film de la vie locale défilait : fanfare endiablée du bas côté, séance de lessive en eau vive ou encore repiquage du riz en saris. De quoi nous tenir en halène jusqu’au générique de fin.

 

         En voyageant sur une longue période, nous avions la prétention de pouvoir s’imprégner facilement des ambiances locales. Bien évidemment, nous avions tort. Avant d’envisager quelconque découverte, il faut se défaire de ses préjugés; tâche d’autant plus difficile que ces seuls préjugés peuvent être facilement confirmés par quelques exceptions trop visibles. Puis, il faut pouvoir faire confiance, se livrer, discuter, échanger sans jamais oublier que sa dernière opinion est toujours révocable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Inde
commenter cet article

commentaires

menou 12/08/2010 11:03


C'est toujours un délice de vous suivre et de voyager par procuration!! Profitez bien!


Présentation

  • : T&C World Tour
  • T&C World Tour
  • : Carnet de route de Clémentine et Thomas en voyage autour du monde.
  • Contact

Recherche

Carnets De Route Par Pays