Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 07:45

    Lors de notre petite soirée en famille, Philip Chen nous avait invité à rendre visite aux élèves du collège de Yuanyang. Evidemment, le lendemain nous avons répondu présents malgré un léger « mal aux cheveux » sur nos « gueules de bois ».

 

   Accompagnés d’Hisa le japonais globe-trotter et d’Oded l’israélien saintais d‘adoption, nous nous sommes présentés aux élèves intimidés. Rapidement, l’atmosphère tendue a laissé place à la rigolade grâce aux pitreries d’Oded le saltimbanque des rues. Filmés par leur professeur, les plus doués se sont présentés en Anglais pendant que d’autres situaient nos trois pays sur la mappemonde affichée au fond de la classe.

Avant de distribuer des bonbons aux élèves, nous avons fait quelques photo-souvenirs pour compléter notre carnet de route.

 

   Même si cet échange atypique n’a duré qu’un instant, il nous a suffi pour comprendre que ces petits chinois guidés par leur professeur font partie d’une nouvelle Chine. Doucement mais sûrement, elle sort de son autarcie pour enfin s’ouvrir au Monde.

Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Chine
commenter cet article
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 07:41

Cliquez sur la photo pour accéder au site flickr et visionner le diaporama.
Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Chine
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 16:49

      Le village de Yuanyang trône à plus de 1800 mètres d’altitude sur les plus impressionnantes rizières en terrasses de Chine. A seulement 200 Kms du Vietnam, il s’agit d’une étape de choix pour les voyageurs terrestres transfrontaliers qui y échangent bons plans et anecdotes de voyages.

     Dans l’auberge de la famille Chen, nous avons rapidement sympathisé avec le professeur d’Anglais du village, Mr Chen alias Philip pour ses amis anglophones. Cette rencontre fortuite a été le point de départ d’une expérience fabuleuse au cœur de la Chine rurale.

 

Pour commencer, nous avons été conviés par le chef de famille à la procession qui réunie les familles chinoises chaque mois d’Avril : la visite des morts.

D’abord surpris d ‘être invités à partager un moment aussi intime que notre Toussaint avec des inconnus, les mines réjouies de nos hôtes nous ont vite rassuré. Chargée d’offrandes et d’outils de jardinage, notre petite troupe s’est mise en route pour le cimetière qui surplombe le village. Arrivé à la première tombe familiale, tout le monde a participé au nettoyage de son emplacement. En guise d’offrandes au défunt, des fruits et de la viande ont été déposés au pied de la pierre tombale. Une multitude de bâtonnets d’encens recouvrait le tombeau et mystifiait la scène. Chacun notre tour, nous avons salué l’esprit du défunt encouragés par les membres de la famille et même filmés par notre ami Philip. Le rituel s’est poursuivi par une dégustation de pastèques fraîches accompagnées de copieuses parts de gâteaux avalées au lance pierre chinois.

Le cimetière déborde sur des cultures et s’étend jusque dans les bois. Au fil de ses sentiers, nous avons célébré les ancêtres de la famille Chen, brûlant des billets factices sur des tombes parfois datées du dix huitième siècle.

Avant de quitter chaque tombeau, un pyrotechnicien du dimanche enflammait des guirlandes de pétards puissants afin d’éloigner les mauvais esprits. Effectivement, les projections claquant comme des coups de fouet nous ont largement écarté des tombes.

 

    En fin d’après-midi, nous nous sommes éclipsés pour assister au sublime coucher de soleil de la bouche du tigre. Comme des centaines de miroirs, plusieurs hectares de rizières inondées, patiemment façonnées à la main y reflètent la lumière douce du soleil couchant. Ces cultures en terrasses nourrissent une bonne partie du peuple chinois sans pour autant dénaturer cet espace naturel.

 

Lors de notre retour à l’auberge, nous avons retrouvé la famille Chen qui terminait le dîner de fête en trinquant généreusement à coup de liqueur de banane. Dans la cuisine, la viande d’une des chauffeuses à charbon de la procession attendait patiemment nos incisives. Accompagnés d’autres voyageurs, nous avons partagé ce festin entrecoupé d’intermèdes d’échanges de cigarettes et de pti’coups d’eau de vie.

Puis, la soirée s’est prolongée sur la terrasse de l’auberge, où l’on a pu s’essayer à la pipe à eau du Yunnan et aux appeaux d’oiseaux de combats.

    Tard dans la nuit, Mr Chen a tiré sa révérence ; hips, flatté d’avoir eu à sa table des Hommes parlant comme sifflent ses oiseaux.

Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Chine
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 16:46
Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Chine
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 16:38

    En descendant vers le sud, nous avons fait une halte reposante à Dali. Après une escapade dans un marché local aux couleurs du costume Bai (ethnie locale) suivie d’une virée déroutante dans la « rue des étrangers » entendant susurrer « ganja, ganja » par de vieilles dames en habits traditionnels, le coupe-tif local a défriché nos tignasses.

A la nuit tombée, devant un classique du cinéma chinois projeté sur les remparts, nous avons succombé aux charmes de cette vieille cité.

Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Chine
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 16:12

Cliquez sur la photo pour accéder à Flickr et visionner le diaporama de Dali.

Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Chine
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 19:20

     Le point de départ de la randonnée des Gorges du Saut du Tigre se trouve au bord du fleuve bleu, le Yang Tsé Kiang ou Yangzi pour les Chinois, à deux heures de route de Lijiang. Il n’existe aucune carte précise du trek et il faut se contenter d’une esquisse très approximative affichée dans les auberges. Accompagnés par deux américains expatriés parlant le Chinois, nous étions rassurés quant à la possibilité de demander notre chemin aux autochtones.

 

    Ce trek de deux jours n’est pas une promenade du dimanche et rapidement Nick, le plus âgé, a eu du mal à tenir le rythme. Encouragé par Mathew plus en forme, nous avons pris le large en promettant de se retrouver pour le déjeuner.

Le chemin pentu qui mène au refuge de la famille Naxi donne les premiers points de vue vertigineux sur les gorges. De quoi mettre en appétit les randonneurs. Avant d’attaquer les 28 boucles qui suivaient, nous avons partagé un bol de riz avec nos amis américains requinqués par leur ballade en mulet!

La suite du trek grimpe sévèrement. Tous les cinq virages des Naxis proposent leurs montures aux randonneurs essoufflés. Nous avons tenu le coup jusqu’au sommet où une sympathique grand-mère nous a proposé de quoi se requinquer. Sur son étal de fortune, il y avait quelques bouteilles d’eau, des fruits, des gâteaux et plus surprenant, des pochons de cannabis. Mais la magie des lieux a suffi à nous envoyer en l’air.

En effet, sur l’autre versant les panoramas sont à couper le souffle. Sur les à-pics impressionnants qui surplombent la rivière, les sommets enneigés dépassent les 5000 mètres. Les quelques rayons de soleil qui déchiraient les nuages donnaient forme au relief et sublimaient le bleu du Yangzi. A plusieurs reprises, nous avons traversé des hameaux entourés de cultures en terrasses avant de s’arrêter pour la nuit.

 

     Le refuge le plus convoité par les randonneurs se trouve à mi-parcours. Son aubergiste paraissait embarrassé de n’avoir plus qu’une chambre « de luxe » à nous proposer, mais nous l’avons acceptée sans sourciller. Quelques minutes plus tard, d’autres randonneurs se voyaient proposer des chambres classiques pour trois fois moins. Certes le lieu était magique et la chambre valait le prix annoncé mais notre fierté ne s’achète pas. Nous avons donc quitté les lieux sur le champ dans un scandale à la française notre argent en poche.

La nuit commençait à tomber et la prochaine auberge connue se trouvait à une heure et demie de marche ; superbe tableau pour gâcher la soirée. Heureusement, un kilomètre plus tard , une ferme discrète se trouvait sur le chemin. Les propriétaires, cette fois sincères, nous ont accueilli simplement dans leur auberge rustique.

 

     Le lendemain, nous sommes descendus sur les rives escarpées du Yangzi. A nos côtés, une poignée d’occidentaux (Belges, Anglais, Français) pour partager le spectacle de la rivière déchainée. Par endroits, les falaises sont si rapprochées qu’une légende raconte le saut d’un tigre traqué au dessus du précipice. Pour remonter, cette fois ci pas question de faire de détour. Mieux vaut ne pas avoir le vertige pour grimper aux échelles métalliques, de plus de trente mètres, fixées sur les parois par les familles Naxis .

Arrivés au sommet, une autre aventure nous attendait. Le retour se fait par une route officiellement fermée pour cause de travaux, pourtant des vans assurent toujours la liaison pour les randonneurs. A plusieurs reprises, le chauffeur qui nous reconduisait s’est arrêté pour déplacer des pierres qui barraient la route avant de repartir en trombe en guettant les éboulements. Après une demie heure de route, nous avons assisté à l’explosion d’une charge de dynamite décrochant de la montagne des blocs de roche de plusieurs tonnes. Une fois le risque limité, nous avons été priés d’escalader l’amoncèlement de pierres qui bloquait le chemin. Derrière, un autre véhicule nous attendait pour terminer la route sans encombre.

 

      Dans quelques années, cette route sera fonctionnelle et permettra l’accès au sommet par les bus touristiques. Alors même s’il a fallu flirter avec le danger, le jeu en valait la chandelle.

Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Chine
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 19:15

Cliquez sur la photo pour accéder à Flickr et visionner le diaporama de la randonnée.

Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Chine
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 18:22

     Au nord de la province du Yunnan, à seulement quelques heures du Tibet, nous avons découvert une autre Chine. Perchée à 2800 mètres d’altitude, la vieille ville de Lijiang, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, a su préserver son caractère.

 

    Ici point d’immeuble ni de route goudronnée, les ruelles pavées sont bordées par des maisons de bois sculpté. L’harmonie architecturale de la ville et les costumes des femmes Naxis (ethnie majoritaire de la région) vous plongeraient aisément dans le passé si vous n’étiez perturbé par les hordes de touristes chinois. Voilà l’autre facette de Lijiang ; des artères engorgées par la foule s’entassant dans d’innombrables boutiques de souvenirs.

Mais pas de découragement hâtif, il est facile de retrouver le calme à l’écart de l’agitation touristique. En effet, il suffit de monter quelques ruelles pour profiter d’une vue imprenable sur les toitures en ailes d’hirondelles faces aux cimes enneigées. Ou encore se perdre dans un labyrinthe de passages escarpés reliés deci delà par de charmants ponts de pierres. Par hasard nous sommes tombés sur le marché de plein air, l’occasion de faire le plein de bananes et de litchis.

 

    Le soir venu, nous n’avons pas manqué de goûter aux spécialités Naxis, notamment la succulente viande de yak pimentée.

Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Chine
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 17:43

Cliquez sur la photo pour accéder à Flickr et visionner le diaporama de Lijiang.
Repost 0
Published by Clémentine et Thomas - dans Chine
commenter cet article

Présentation

  • : T&C World Tour
  • T&C World Tour
  • : Carnet de route de Clémentine et Thomas en voyage autour du monde.
  • Contact

Recherche

Carnets De Route Par Pays